Guillemette Buffault Newsletter
BIOGRAPHIE | TEXTES
Publications | Textes de références

TEXTES Publications DE MUSEES EN GALERIES

  DE MUSEES EN GALERIES
     
Publications
Achères filtration
DE MUSEES EN GALERIES
Le passage du pli au filet
1-Portail d'entrée - verre et bronze
2-Paroi de verre -GB-Nexity projet
3 - 7 Vitraux-Dommartin -
4-Façade de verre - Achères - Seine Aval
Eaux / Maille / Reflets / Filets

Article paru dans la Gazette de l’Hôtel Drouot n° 22 - 31 mai 2002


DE MUSEES EN GALERIES par Lydia Harambourg

PARIS

GUILLEMETTE
BUFFAULT


Amorcé il y a plus d’un an, ce travail met l’éclairage sur le rôle joué par les matériaux exploités.
Guillemette Buffault les met en effet en relation étroite avec l’écoulement du temps qui intervient comme un élément de transformation. Cette idée « d’extension » qui métamorphose jusqu’à modifier l’identité initiale participe de celle du dévoilement. On ne sera donc pas surpris par la présence récurrente du pli dans cette suite de peintures récentes. Sans abandonner la peinture sur papier, l’artiste renoue avec la toile à laquelle elle fait subir un exercice de pliage qui trouve une résonance particulière dans les écrits de Ponge, dans lesquels Guillemette Buffault vérifie la confirmation pour ses propres recherches plastiques. Troublée elle l’est, lorsqu’elle lit dans Le parti pris des choses que la « flore se déplie à l’œil ». Complice en esprit, elle sait ce que recèle le jeu du visible et du caché. De multiples interprétations sont rendues possibles par les variations potentielles de la matière, de la couleur et de la surface. Tout est contenu dans ce dévoilement qui s’opère de-ci de-là sous la pression de « l’irrémédiable croissance ».
Pour obtenir ces effets, un travail attentif et minutieux est porté au support. Structures primitives, le carton, le papier kraft armé ou goudronné, la feuille de plomb que froisse l’artiste ou encore la toile à beurre, pliée puis dépliée pour en révéler l’empreinte, deviennent la mystérieuse matrice en attente d’être fécondée. La couleur y apporte la vie. A la couleur originelle du support s’ajoutent les myriades colorées des pigments : le rouge, les couleurs terre, le jaune, l’indigo plus ou moins dilués, appliqués en strates successives qui, sous l’effet du pliage, entreprennent un jeu de cache-cache.
Pudiques et généreuses, les couleurs jouent entre elles et réinventent une palette subtile, ludique et poétique. Les bleus virent au vert, soulignant des frontières instables et des identités colorées troublantes. La liberté s’étend à la surface qui n’a plus de contraintes et revendique hors châssis, la conquête d’un territoire nouveau. La peinture hésite. Elle flirte avec la sculpture. La poétique de l’espace est conquise. Entre réel et imaginaire, Guillemette Buffault a échafaudé un monde frémissant, quasi musical.

Galerie Courant d’Art, 29 rue Debelleyme, III è. Jusqu’au 15 juin.

exposition Courant d'art, Faune et Flore

exposition Courant d'art, Toiles Flottantes

 

 
   
EXPOSITIONS | OEUVRES | CREATIONS AVEC L'ARCHITECTURE
ENSEIGNEMENT | ATELIERS
Toutes les images sur le site ne peuvent être utilisées à quelques fins que ce soit sans l'accord préalable de Guilemette Buffault
Contact: guillemettebuffault[at]orange.fr
plan du site | Présence Web